Death Note by Netflix : Oui ou non ? No spoilers

Holaaaa que tal ? Je sais je sais, je n’ai pas écrit depuis Juin, j’étais en vacances. Oui pendant 2 mois complets ._. Et c’était certainement le meilleur moment pour écrire mais j’ai traversé de sacrés trucs, et je n’ai pas été capable de faire autre chose que les vivre intensément !

Quoiqu’il en soit, je suis de retour, il y a encore 10 brouillons d’articles presque terminés qui n’attendent que des précisions et de la documentation bonus. En revanche, j’ai vu Death Note par Netflix hier et il fallait qu’à 9h52 du matin un samedi, je vous en parle.

On va commencer tranquille en se remettant en bouche le trailer :

Trailer qui, je vous l’accorde, donne plus envie que le synopsis rédigé par le stagiaire de 3ème sur Netflix :

 

 

Tsugumi Ohba, scénariste du manga Death Note, doit apprécier de manière illimitée, mais passons.

Je ne suis partie avec aucun a priori : la version Netflix n’est pas une adaptation mais une réécriture. Quand vous voyez un film d’horreur disant dans l’intro « inspiré de faits réels », eh ben voila : y a autant de distance entre la réalité et ces films terrifiants, que de ressemblance entre le manga Death Note et le film Netflix.

 

Maintenant que l’info est passée : pas besoin de s’offusquer parce que Light Yagami est devenu un blanc nommé Light Turner, et que L, le génie aux cernes plus grandes que mon avenir, soit noir ! Avez-vous vu la version japonaise de Death Note ?

 

On dirait un truc de fou, ouais ben c’est fou comme c’est bien nul.

ON DIT « comme je n’ai pas aimé » kounass. Surjoué, téléphoné, on dirait une pièce de théâtre parfois. Mais c’est une adaptation réussie en ce qu’elle est fidèle au manga. Lui fait-elle honneur ? C’est une autre histoire.

Bon revenons à la version américaine : le début du film commence DEJA avec une erreur bidon de scénario ! Le Death Note tombe bien du ciel oui, mais là, l’acteur principal le voit carrément jaillir d’entre les nuages donc il admettra déjà que l’objet est surnaturel, contrairement à s’il l’avait simplement trouvé par terre. Meme cette vidéo Youtube est moins dans l’erreur :

 

C’est pas grand chose mais bon le diable se cache dans les détails. Ca me fait penser à Harry Potter 3 Le prisonnier d’Azkaban d’Alfonso Cuaron qui s’ouvre sur une erreur similaire : Harry qui fait de la magie sous sa couette à Private Drive. Que fait le Ministère de la Magie, quid de la majorité nécessaire pour pratiquer des sorts dans le monde des moldus ?

 

Je m’égare mais vous l’avez compris, je suis à cheval sur l’incohérence. BON ON VA REVENIR A NOS MOUTONS UN JOUR OU QUOI MERDE ?

 

oui pardon. Donc après cette erreur naze, le film commence comme tout film américain se passant au lycée : bullying everywhere, les cassos harcèlent les plus fragiles, bref on comprend direct pourquoi le héros, lui-même victime du quotidien, va si gentiment ouvrir le Death Note et écrire frénétiquement des noms.

Les scènes de mort sont inspirées de Destination Finale : si Light décide d’une mort par décapitation, la tête va pas simplement tomber toute seule. C’est un enchainement de petites actions des gens autour, filmées au ralenti pour qu’on puisse comprendre gogols que nous sommes, qui va aboutir à la scène macabre. Et franchement, le réal a voulu mettre un stop en disant « non mon film ne sera pas pour les enfants ou les ados : ce sera gore ». Ah ben ça mon ptit, c’est gore bien comme il faut, à croire que l’être humain est fait de carton et de sable…

Parlons de Ryuk :

Je ne vous spoil pas trop, mais voila. (AH merci Marie pour ce commentaire édifiant).

Breeeeef, 400 morts et quelques plus tard (notre Light Turner est aussi actif qu’un jeune ado découvrant la masturbation), devinez quoi ? Le cas « Kira » qui implique plusieurs pays du monde et de facto plusieurs agences de renseignements comme Interpol ou encore le FBI; un cas qui met en cause des terroristes et de hauts criminels…va tomber dans les mains de la police de Seattle. Pardon ?

C’est comme si je vous disais que la police municipale de Dunkerque s’était occupée du World Trade Center en 2001, ça n’a aucun sens. En revanche, on souligne l’effort scénaristique : chaque déduction de L est diligemment expliquée, on arrive donc à suivre la réflexion des héros, en mettant un peu de côté le manga.

Au niveau du jeu d’acteur, ça va rien d’horrible : Light est un petit nerveux pas ultra méchant au fond, on sent qu’il est récupérable. Sa meuf est juste une folle cinglée mais crédible : la pom pom girl typique à qui rien de ouf n’arrive jamais, et qui se retrouve dans la confidence d’un mec qui peut tuer des gens avec un stylo et un cahier. Le personnage fonctionne bien.

Le père est dépassé, comme dans le manga finalement, sauf que là il se tape en plus les crises existentielles de son fils le soir après une dure journée de travail. Et L ? Il est beau déjà, donc on sait définitivement que c’est une réécriture du manga lel (OH CA VA) : un génie coupé du monde, mais qui se laisse aisément submerger par ses émotions. Ce L la est plus humain, moins mécanique.

Verdict : oui. On passe un bon moment, il suffit juste d’oublier le manga et de pas mettre pause à chaque instant en se disant « alors normalement »

Alors normalement TG on regarde un film

Conclusion : En toute honnêteté, s’il n’y avait jamais eu de manga à la base, je vous aurais dit « regardez pas ce film ça n’a aucun sens. Allo le mec tue des gens avec un cahier ». Sauf que l’oeuvre de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata est belle, profonde, elle s’inspire des shinigami, il y a une culture et une sous culture ! Alors qu’à Hollywood, excusez moi mais aheum.

Partant du principe que le manga est fantastique, que l’anime l’est tout autant, que les films japonais étaient à mon sens une cata, alors cette version réécrite est acceptable. L’apport de la pop culture américaine n’entache pas le scénario, c’est plutôt l’empreinte du manga japonais qui fait défaut à ce film. Les 2 n’arrivent pas tout à fait à se marier, mais au final, ça donne une union pas trop malheureuse quand même. 

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires sans spoiler les autres s’il vous plait !

 

 

25 thoughts on “Death Note by Netflix : Oui ou non ? No spoilers

  1. Ça fait plaisir de retrouver tes articles, j’aime vraiment bien ta façon d’écrire, j’ai l’impression de retrouver toute ta personnalité. Bon moi aussi je m’égare, après tous les commentaires de haine #Twitter j’avais vraiment pas envie de le regarder mais ton avis a fait changer le mien, du coup je le regarderais aussi pour en faire mon propre. Comme tu le disais il faut le voir comme une réécriture et pas comme une adaptation ce qui le rend plus attrayant, car on va pas se mentir faire mieux que l’anime rendrait la tâche impossible ^^. En tout cas merci de ton avis et j’attends les prochains avec impatience.

    PS : Tu sens bien l’adaptation live de One Piece (sachant que Eiichiro Oda sera là?)
    Et j’ai adoré cette phrase « Sauf que l’oeuvre de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata est belle, profonde, elle s’inspire des shinigami, il y a une culture et une sous culture ! Alors qu’à Hollywood, excusez moi mais aheum. » clap clap

    1. Merci beaucoup ^^effectivement je mets toute mon ame et ma sincérité dans ces articles. Regarde le film, en restant distant avec le manga, apprécie le tel quel et tu verras bien. One PIece ? Bah…Vu que les japonais aiment surjouer ça passera bien ^^ attention, que Oda soit la ne veut pas tout dire. Regarde l’adaptation Full Metal live, y a bien l’auteure qui a validé mais bon je n’en dirai pas plus…

  2. C’est quand même vachement dur de se détacher de l’anime ou bouquins quand tu le regardes. Dans l’ensemble c’est vraiment une déception pour moi, je trouve que malgré le fait que ça soit une réadaptation on perd le fond..Le côté destination finale ça peut être sympa mais tu te demandes si ce n’est pas plus pour en mettre plein la vue qu’autre chose.
    Peut être qu’en série avec plusieurs épisodes ça aurait pu être mieux moins bâclé et moins « gâché ». Je pense me refaire l’anime du coup pour gommer tout ça x)

    Bon week-end à toi 🙂

    1. Ce n’est pas une réadaptation !! 😀 une réécriture, ils ont repris une idée de base et l’ont adaptée librement. Une série aurait bidé de ouf je pense que les gens aurait regardé le debut puis basta

      1. Le problème, c’est que que le MC s’appelle Light et qu’il a un père policier, qu’il y a L et Watari, qu’il y a Ryûk, que Light se sert du Death Note de la même manière (même si pas pour les mêmes raisons).
        Quand le film en fait autant pour être rattaché à l’oeuvre originale, c’est dur, même illogique en un sens, de l’ignorer..
        Si ils avaient uniquement pris le concept du Death et fais une autre histoire autour j’aurais été d’accord, ça aurait très certainement été une meilleur idée même.

        Après, manga/anime ou pas, le film est naze, bourré d’incohérence et trop orienté teenager américain, ainsi qu’une fin que je considère inacceptable uniquement pour une suite éventuelle selon si le film fonctionne.

        Je dirais 3.5/10 sans prendre en compte le manga, 2/10 en prenant en compte pour l’effort. (et oui je suis aussi sévère avec tout mes divertissements, je suis assez exigeant)

        1. Je suis assez d’accord avec ce que tu avances. Le film est très incohérent. Encore une fois pour la réécriture, chaque personnage a été remanié donc perso j’ai pas eu de difficultés à zapper le manga.

  3. Salut Marie !

    Personnellement je n’ai regardé que le trailer mais je n’ai pas accroché car pour moi c’est un peu une sorte de « Dragon Ball Evolution » version Death Note autant j’ai bien aimé le manga ( je ne spoilerai pas ) mais je trouve que des animés remastérisés en film avec des vrais acteurs sa fais un peu bizarre. Si je me souviens bien Light tue les personnes( grâce au Death Note ) en les écrasant ou en préméditant une autre mort alors que dans ce film on voit juste les personnes mourir comme si elles tombaient dans les pommes sa fait un peu bizarre ^^’. Je trouve que le personnage de « L » est assez glock dans le manga mais qu’il ne l’ai pas vraiment dans ce film.
    Voilà ce que j’en pense ^^’.
    J’en profite aussi si sa ne te dérange pas de te poser 2 petites questions : -Seras-tu présente à la Japan Expo 2018? Et Aurait-tu des endroits à voir absolument au Japon car j’aimerai y aller quand je serai plus grand mais je ne sais pas encore vraiment quoi visiter 🙂 ?

    Ps : J’ai bien aimé le « commentaire » de Netflix : Grâce à un carnet démoniaque un étudiant peut tuer les « vilains »
    Ils auraient pu utiliser un autre terme ^^’ sa fais un peu trop enfantin. Je préfère pas dire de connerie mais je crois que Light ne tue pas que les « vilains » durant la série.

    Merci d’avance pour ta réponse
    Et à bientôt ^^’

    1. Hello ^^t’es dur !! DB Evolution c’était VRAIMENT de la merde car ça se disait « adaptation » haha oui je serai à JE, tu verras c’est immense tu auras de quoi faire ^^
      Oui le synopsis était vraiment à chier c’est indéniable…on dirait un troll.

      1. Merci de ta réponse ^^’ est une dernier chose tes prochains articles sortiront bientôt ? ( J’ai hâte de les lire ^^’ ) ( Je ne sais pas si tu te souviens de moi mais je suis celui qui te demandait pour faire un article sur ton voyage au Canada ^^’ )

  4. Coucou Marie ! Contente que tu sois de retour ! ^^ . J’attendez ton prochain article avec impatience et j’ai pas été déçu parce que tu m’a replonger dans le monde de Death Note ! ^^ . Le film je l’avais regarder et c’est vrai qu’il y’avait des incohérences mais je n’ai pas trouver ça catastrophique non plus . ( même si il y’avait des scènes.. No comment ) . Bref j’attend ton prochain article avec impatience et question : Est ce que tu aurais des animés à me conseiller sur le thème du drama ? Merci ! Ps : Je trouve que tes nouvelles lentilles te vont super bien ^^

    1. hello merci pour ton commentaire ^^un anime sur le thème du drama ? Ou un anime qui a été adapté en drama ? hummm il y a Boys Over Flowers avec Lee Min Ho (Hana Yori Dango), To the Beautiful You… ^^

  5. Tu m’a donné envie de le regarder 🙂 j’avais adoré le manga et l’animé de Death Note mais l’adaptation cinématographique de manière général me rebute souvent (je pense notamment au manga Nana). Merci pour ton article, c’est agréable de te lire 🙂 vivement les prochains qui arrivent 🙋🏻

  6. Super merci 👍❤ Maintenant je sais mieux si je doit le regarder en pensant au manga ou non ! 😂😂😂😂 bref tu es super bisous

  7. Salut !

    En faite, pour mon avis personnel, j’ai extrêmement de mal avec cette adaptation. Si il n’y avait pas eu le manga c’est vrai que on se saurait tous dit « wtf un gars qui tue avec un cahier et un dieu de la mort, mais après tout c’est des américains » , et peut-être que on n’aurait pas eu un jugement mauvais dessus.
    Mais d’avoir fait mourrir sa mère, qu’il n’est pas de sœur, que L est les mêmes mimiques alors qu’il est juste aussi tout l’inverse du vrai personnage, que sa copine n’est pas le deuxième Death Note, que Ryuk ce prend des « tu peux fermer ta gueule », que Light ne sois pas le beau goss du lycée, que la scène où L ce présente à la télé, et j’en passe, c’est vraiment nul. La seule chose qui a était bien faite, avec la même voix c’était Ryuk.

    Pourquoi avoir voulu autant ressembler aux personnages du vrai manga si c’est pour être aussi loin des vrais personnages?

    Oui c’est vrai, ils font ce qu’ils veulent. Mais c’est vraiment dommage d’avoir faire quelque chose comme ça. C’est juste trop hamburger/frite.

    Ce n’est que mon avis personnel, on peut être d’accord avec moi comme pas du tout !

    1. Hello ^^Je pense sincèrement que s’il n’y avait pas eu de manga, on aurait encore plus détesté le film au contraire ! Le pitch est NUL ! Un mec qui tue avec un cahier…Franchement ? Mais Tsugumi Ohba a developpé une réelle psychologie des personnages, et pour le coup, même si le film américain est trop dans le cliché, il installe quand même cet espèce de background douloureux de Light qui explique qu’il se plonge si facilement dans le surnaturel et l’horreur. En revanche, j’ai aussi bien aimé le fait que parfois il est tiraillé par ce qu’il fait ou ne fait pas, tandis que le Light du manga est trop froid, trop sûr de lui. C’est un parti pris différent mais intéressant tout de même ^^

  8. Hello !

    Alors voilà, une amie m’avait demandé mon avis sur ce film avant d’elle-même le visionné, et je lui en ai fait une critique aussi détaillée et constructive que possible en évitant au maximum les spoiler et sous une construction permettant de la poster sur mon forum rpg où je craignais que les membres n’ait jamais regardé Death Note. Voilà donc cette critique qui, je l’espère, ne sera pas trop spoiler :

    Qu’est-ce que Death Note à l’origine ?

    
Death Note est un manga qui a vu le jour en 2003, écrit par par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata. L’intrigue de cet oeuvre se passe entièrement au Japon bien que la portée du manga puisse toucher des personnes à travers le monde.

    Qu’elle est l’intrigue principale du manga ?

    Light Yagami est un lycéen japonais qui découvre un jour un cahier étrange alors qu’il est encore dans son établissement scolaire. En ouvrant ce cahier, Light y découvre les règles de ce qui s’appelle le Death Note. Chaque personne qui a son écrit dans ce cahier mourra d’une crise cardiaque au bout de quarante seconde si la cause de la mort n’est pas écrite. Pour que la personne dont le nom est écrit dans le Death Note meurt, il faut écrire son nom complet et exacte dans le Death Note et penser au visage de cette personne sans quoi celle-ci ne mourra pas. A la lecture de ces premières règles, Light pense tout d’abord à une blague, mais décide malgré tous de le conserver. Le soir même, il assistera à une scène de vol de sac à main avec violence par un homme déjà recherché par la police. Il écrira son nom dans le Death Note suivit d’une indication précise de la mort, et cette personne mourra quarante seconde après dans les circonstances énoncés. Pour vérifier la véracité des faits et que ce n’est pas qu’une coïncidence, Light réutilisera le Death Note une fois chez lui pour tuer des criminels connus des services de police. Chaque fois, la personne mourra quarante seconde plus tard. Il comprend ainsi que le Death Note est bel et bien ce qu’il prétend être. Une semaine après la première utilisation du Death Note, Light fera la connaissance de Ryûk, un dieu de la mort propriétaire du Death Note. Il dévoilera au lycéen qui l’a délibérément perdu sur Terre parce qu’il s’ennuie et qu’il voulait occuper son temps. Accompagné du dieu de la mort, Light se lancera alors dans une croisade pour une justice qu’il pense être la véritable. Cependant, contrairement à ce qu’il aurait pu croire dans un premier temps, un détective de renommer mondial finit par comprendre que les morts de criminel sont toutes liées, et que la personne qui les avait tué se trouvait au Japon. Se déroulera alors un long combat entre le détective, L, et Light, qu’on surnommera alors Kira, chacun croyant en sa propre justice.

    Comment se déroule alors l’adaptation de Death Note par Netflix ?

    Light Turner est un lycéen américain comme les autres. Alors qu’il est assit dans la cours de son établissement scolaire à regarder un entrainement de football en présence de Cheerleader, un cahier étrange tombe à côté de lui. Sans vraiment réfléchir, il le ramasse alors que la pluie commence à tomber, et cours se mettre à l’abri à l’intérieur. Seulement, avant d’y parvenir, il essayera de prendre la défense d’une Cheerleader qui voulait elle-même prendre la défense d’un élève se faisant maltraité par une petite brute. Malheureusement, il se fera coller après qu’on est découvert qu’il faisait les devoirs d’une grande partie des élèves de sa classe. Alors qu’il se sera seul dans la salle de classe, une créature étrange du nom de Ryûk apparaitra pour lui décrire le Death Note et l’inciter à l’utiliser. Méfiant, Light finira quand même par y écrire le nom d’un de ses camarades qui brutalisait trop souvent les autres en ajoutant « décapitation » à côté de son nom. Assistant lui-même à la scène, il est d’abord sous le choc avant de comprendre le pouvoir qu’il a entre ses mains. En rentrant chez lui, il décidera d’inscrire le nom de l’assassin de sa mère dont l’annonce de la mort se fera le lendemain matin. De retour au lycée, Light décidera de partager son secret avec une Cheerleader de Mia qui deviendra presque aussitôt sa petite amie. A eux deux, ils décideront des criminels à exécuter sous le nom de Kira. Pour brouiller les pistes, Light fera écrire en parfait japonais à ses victimes, tout en gardant à l’esprit que Kira signifie tueur en japonais. Seulement, malgré ses efforts pour ne pas être découvert, un consultant du FBI comprendra très vite que Kira n’est pas japonais et se lancera sur la piste de Light en se basant sur les premiers morts étranges survenues avant que Kira ne revendique des assassinats. S’en suivra alors une chasse à l’homme dans les deux sens où les deux parties se connaissent, mais n’ont pas les éléments suffisant pour en finir l’un avec l’autre.

    Quoi penser de cette adaptation ?

    Tout d’abord, avant de donner un avis globale, reprenons point par point les éléments de base de l’histoire. Dans le manga, oeuvre d’origine, on a un personnage principal qui a déjà une vision de la justice très fermée, et qui veut s’engager dans la police pour réussir à faire de cette justice une réalité. Dans le film proposé par Netflix, Light ne semble pas avoir ce même sens de la justice, cependant, il présente aussi une envie de la faire régner des le début quand on va sa réaction face à son père, qui est policer, et qui ne peut rien contre l’assassin de sa mère. Dans le manga, Light est très serein dé la première utilisation du Death Note qui se fait avant sa rencontre avec Ryûk. Il sera d’ailleurs aussi serein et prêt quand il verra Ryûk apparait pour la première fois devant lui. Il dira même qu’il s’y attendait. Dans le film, Light panique totalement en voyant le dieu de la mort apparaître dans sa salle de classe, ce qui donne lieu à une scène très forte et au allure de film d’horreur. Il hésitera également à utiliser le Death Note pour la première fois, sans doute parce qu’il était effrayé par l’être se trouvant devant lui. Pour Light, dans le manga, c’est très important que personne ne connaisse sa véritable identité, et il ne la dévoilera jamais tout au long de l’aventure sans y être totalement contraint. Dans le film, la première chose que Light fait une fois qu’il a comprit l’utilité du Death Note, c’est de dévoiler son secret à Mia. Dans le manga, les femmes n’ont pas une place très importante, et Light ne leur donnera que très peu d’attention. Dans le film, Mia a une place très importante. Plus que la petite amie de Light, elle représente aussi une part d’ombre que le personnage n’a pas. Elle n’hésite pas à tuer pour se débarrasser de ceux qui la gène. Ryûk n’est d’ailleurs pas du tout le même nom plus. Dans le manga, il se contente d’observer et ne donnera même des conseilles à Light. Dans le film, il a l’air d’attendre que Light meurt avec grande impatience et ne lui porte pas beaucoup d’intérêt. Le personnage de L, quant à lui, n’est pas réellement différent. Ses actions sont plus accélérer pour que le film soit court et ne dure pas aussi longtemps que l’anime tiré du manga, mais le personnage reste proche de ce qu’il était.
    
Si l’histoire change quelque peu, on retrouve néanmoins bel et bien les thèmes principaux du manga. Bien que le thème principal soit la justice, on y retrouve également les questions de bien et de mal, ainsi qu’une véritable réflexion et un questionnement qui s’impose au téléspectateur concernant la peine de mort. En effet, tout au long d’une film, une partie de nous souhaite voir Light s’en sortir peut-être encore plus qu’à la lecture du manga, et pourtant, on sait qu’il n’est pas quelqu’un de bien pour autant. Il tue des criminels sans aucune forme de procès, ce qui s’apparente à une justice bien trop violente, et totalement subjective. Pour autant, ça ne nous empêche pas de prendre en affection L et de vouloir que celui-ci réussisse sa quête malgré tous. Bien sûr, pour ceux qui connaissent le dénouement du manga, c’est une torture psychologique encore plus grande d’assister à ce tiraillement qui prend part de nous du début jusqu’à la fin du film. On aurait l’impression d’être sur une ligne à la limite entre le bien et le mal d’un bout à l’autre du film. Pour les personnages, on retrouve également l’enjeu très important de cacher à tout prix qui on est pour éviter soit de se faire tuer par Kira, soit de se faire arrêter par la police et par L. Ce qui est peut-être dommage, c’est qu’on retrouve d’une manière très amoindrit le culte fait à Kira, et la notion de religion bien qu’elle soit présente. Et puis finalement, on trouve un questionnement sur la vie elle-même plus la fin du film approche. Light n’est plus sûr que sa cause est juste, et semble réellement vouloir arrêter ou du moins, ne pas aller trop loin en touchant des innocents à la différence du manga où il ne semble pas avoir de réel intérêt pour la vie d’autrui.

    Lorsqu’on connait le manga, on connait forcément le personnage de Misa qu’on retrouve à l’évidence dans le film comme étant Mia. Seulement, le personnage n’est plus du tout le même et c’est là, à mon sens, le plus gros bémol de ce film. Si à l’origine Misa est une célébrité qui recherche Kira parce qu’il est celui qui a tué l’assassin de ses parents, Mia est une lycéenne banale à la vie fade qui deviendra elle-même une partie de Kira. Cependant, bien que Rem n’apparaisse donc pas à l’écran ce que je regrette vraiment, le personnage de Mia est très important pour qu’on comprenne ce qui se passe quand on se retrouve dans la situation de Light. Elle apparait comme étant la part d’ombre de ce dernier. Dans le manga, Light évolue petit à petit, et on voit clairement son état d’esprit changer pour s’approcher de plus en plus de la folie. Le film étant bien plus court, c’est Mia qui semble perdre le contrôle et l’esprit à force d’user du Death Note en compagnie de Light.

    Concernant le jeu des acteurs en lui-même, je dirai qu’il est très varié. Prenons chaque personnage un à un. Tout d’abord, Light. Connaissant l’acteur pour avoir joué dans plusieurs films, j’étais très septique de le voir dans ce rôle, mais finalement, il s’en sort plutôt pas, et sait jouer à merveille les émotions de son personnage. Cependant, et bien que j’apprécie beaucoup cet acteur, je ne pense pas que ce choix soit réellement judicieux de la part des réalisateurs. S’il joue ce qu’il a joué correctement, je trouve qu’il n’est pas assez dans la peau du personnage, et qui lui manque définitivement quelque chose pour qu’on retrouve l’esprit de Light du manga à son jeu. Son interprétation reste malgré tout bonne, et si on prend de la distance avec l’oeuvre d’origine, on peut même y voir un acteur dans le rôle de son personnage jusqu’au bout de ses émotions. Ensuite, intéressons-nous brièvement à Ryûk. Bien qu’il soit en grande partie une animation faite à base d’ordinateur, on y retrouve que très peu le dieu de la mort attachant du manga. Au contraire, il serait même peut-être à l’opposé, et n’a plus du tout les mêmes objectifs, mimiques ou réaction que dans le manga. Ca en fait un personnage cruel, sans coeur, bien qu’il garde sa passion pour les pommes. Le personnage de Mia, quant à lui, n’a tellement rien à voir avec le personnage du manga qu’il est difficile de les voir comme étant la même personne. Cependant, l’actrice est peut-être l’une des plus convaincantes après le personnage dont on parlera juste après. Elle joue extrêmement bien son rôle, et nous convainc jusqu’au bout de chaque chose qu’elle dit ou qu’elle fait. Au final, c’est peut-être le seul personnage qu’on ne porte réellement pas dans son coeur, et c’est sans doute parce que l’actrice joue aussi bien son personnage. Malgré tous, le personnage le plus convainquant est celui dont je craignais le plus de ne pas l’être. Vous l’aurez deviné, il s’agit bel et bien de L. On ne va pas se mentir, l’acteur ne correspond en rien au personnage physiquement, et pourtant, je vous assure qu’en le voyant jouer, il est devenu pour moi le meilleur acteur pour ce personnage. On sent qu’il a passé des heures à étudier le personnage ou qu’il est un énorme fan de la série pour avoir réussi à aussi bien interpréter un personnage aussi complexe que L. D’ailleurs, si c’est le personnage ayant les postures et les gestes les moins réalistes dans le manga, c’est l’acteur qui parait le plus naturel, et spontané à l’écran quand il les réalise. Finalement, l’acteur que j’ai le moins aimé est celui qui incarne le père de Light. J’ai trouvé qu’il était très fade, et exprimait trop peu d’émotion. Même au moment qui aurait du être très intense avec son fils, les expressions qu’il utilise, et les émotions qu’il dégage sont bien trop en dessous de ce qu’il devrait être.

    En conclusion, le film de Netflix est une adaptation très intéressante bien qu’elle ne suive pas le manga à la lettre. Je ne pense pas qu’on puisse parler d’une réussite de réécriture parfaite de l’histoire, mais les notions les plus importantes, pour moi, sont bel et bien présentes. On est face à un film qui ne se veut pas identique à l’orignal mais qui conserve l’esprit du manga malgré tous. Je conseille fortement ce film à ceux qui peuvent prendre de la distance avec l’oeuvre de base, mais la déconseille très fortement à ceux qui n’arrive pas à du tout à prendre ce recul. Fan puriste, s’abstenir. Le film ne peut pas toucher un publique qui s’attend à retrouver Death Note parfaitement adapter.

    
Que doit-on savoir de ce film quand on veut le découvrir ?

    L’adaptation de Netflix est une interprétation plus qu’une réécriture exacte. Si le film reste fidèle à l’esprit du manga, les puristes n’y trouveront pas la satisfaction de revoir les personnages qu’on adore évoluer de la même façon que dans le manga. Cependant, l’interprétation est très intéressante parce qu’elle donne un aspect très actualiser du manga tout en conservant les thèmes principaux qui nous font tant réfléchir après avoir fini la lecture du manga, ou le visionnage de l’anime. Je trouve que la vision du producteur est très rafraichissante, bien que parfois un peu loin de l’oeuvre, et donne une portée à l’oeuvre qu’elle n’avait pas dans le sens où le film touchera sans doute un publique qui n’ait pourrait pas fan de manga, tout en conservant, encore une fois, ce qui fait de Death Note bien plus qu’un simple manga mais une véritable réflexion. Petite surprise très agréable, l’acteur interprétant L, qui vous a certainement paru loin de notre L pâle à en faire peur avec des cernes dignes d’un véritable fantôme, est réellement extraordinaire dans son rôle. On ne s’attendrait pas à un tel niveau de fidélité dans l’interprétation de ce personnage quand on sait que les films basés sur des manga sont très souvent mauvais.

    1. Voila une excellente critique, je n’aurais pas dit mieux ! Tout y est : ton analyse va au bout des choses et je trouve que tu as cerné chaque personnage en prenant en compte l’acteur qui se trouve derriere. Effectivement, Light manque d’épaisseur, quand à L, il est surprenant tant son regard semble vide et vif à la fois. Chapeau

  9. Personnellement, je n’avais pas du tout aimée le film et j’avais plusieurs arguments pour justifier cela mais ton article m’a fait beaucoup réfléchir et j’aime avoir ton point de vue car tu es honnête et directe sans te laisser influencer facilement, tu n’hésites pas à critiquer certaines choses, souvent non dites ^^ J’ai trouvée le film trop « américanisé », rien de bien grave en soit, mais en tant que grande fan de la culture Japonaise ce fût difficile. Après je conçois que ce film ait put plaire même si ça n’a malheureusement pas été mon cas. Trop de promotion pour un rendu décevant. Ce n’est que mon point de vue bien sûr 😊

    1. merci pour ton retour, oui ici pas de langue de bois, je dis ce que je pense. A la redac de mon émission, ils ont détesté, et c’est ce qu’on a présenté lorsque ça a été diffusé, ça reste leur point de vue que je dissocie du mien ici ^^

Exprime toi, je lis tout !

%d blogueurs aiment cette page :