La femme dans les Kdramas : émancipée et indépendante ?

Hello tout le monde j’espère que vous allez bien aujourd’hui on se retrouve pour un article un peu spécizjahdalkjdaihoiajdmoaj

Ca fait un bail comme d’hab je sais. Mais là je reviens dans ce cimetière des pensées, hyper remontée. Au moment où j’écris ces mots, je suis devant l’épisode 6 du drama coréen ONE SPRING NIGHT dispo sur Netflix.

Pourquoi je m’inflige des trucs pareils ?

Franchement, l’idée d’écrire un article s’interrogeant sur la place de la femme dans les Kdramas me trottait dans la tête depuis un moment : entre les clichés, les faits avérés etc, je vous propose de découvrir un peu comment la femme est souvent dépeinte dans les séries de fiction coréennes.

Alors plus haut je parlais de ONE SPRING NIGHT, la meilleure ligne de départ possible :

Le topo : Une femme d’une trentaine d’année, en couple depuis longtemps avec un banquier chiant comme la pluie, tombe amoureuse d’un pharmacien père célibataire, qui s’avère être un ami de fac du banquier. Vous me suivez ?

Ok, schéma débile :

Bon, on est entre nous, on peut tirer des conclusions hâtives totalement dénigrantes : l’héroïne joue avec le feu en se rapprochant du pharmacien qui tombe amoureux d’elle alors qu’il ne croyait plus à l’amour. Mais dans un même temps, elle largue pas son banquier, le fait mariner entre « ok c’est fini » et « viens chez moi ».

 

Puuuuuuuuuuteeeeeeu

Et le pharmacien ? « On peut être amis, mais on se voit pas, attends en fait si, on se dit bonjour, mais c’est dur hein, non on doit arrêter, on peut se voir ? Tiens passe moi le tel que je parle à ton fils ». Bref à chaque fois que je mets un épisode, je jure mes grands morts.

 

ET QUAND ENFIN LA VOIE EST LIBRE, AH BEN NON « ON RESTE AMIS BLA BLA » bref sans fin, tout le monde s’en mêle, les parents, la soeur au chômage qui squatte etc. Et je vous épargne les phases larmoyantes. Oh quoique non vous allez souffrir avec moi.

 

 

Vous voyez ces yeux humides juste avant de commencer à chialer pour RIEN ? Ca me donne envie de rentrer dans la télé et les balayer.

C’est ça qui m’horripile : ce cliché de la coréenne trentenaire, habillée comme une nonne, avec une coupe de cheveux hyper sage, et qui larmoie pour un oui ou pour un non devant l’homme qu’elle aime mais avec qui elle ne peut pas être (alors qu’en vérité, si elle décidait de foutre ses ovaires sur la table, elle pourrait.)

Voila et les 2 actrices juste au dessus ont un point commun : partager l’affiche avec Jung Hae In qui comme d’hab quand il est le personnage principal, incarne un homme un peu fragile, qui s’impose pas trop, qui d’un coup se saoûle la gueule, évidemment il a l’alcool gentil, et prend une décision un peu audacieuse mais pas ouf non plus. Ce genre de clichés là, ils rentrent dans la catégorie de ce que j’appelle :

 

LE MYTHO.

Soit le mythe hyper mensonger du coréen gentleman, et de la femme soumise qui peut pas s’émanciper sans l’accord de ses parents ou de sa soeur, ou même de sa voisine qui se mêle pas de son cul. Alors évidemment, il y a des paramètres sociaux que l’on ne peut pas ignorer : si les parents sont des chaebols, possèdent Samsung et vous voient débarquer avec l’épicier du coin, évidemment qu’ils vont tirer la gueule, ça c’est pas une légende. Mais poussés à leur paroxysme, ces clichés de manière générale nourrissent une image plutôt moyenne de la femme en Corée du Sud.

Alors certaines séries prennent le contrepied, et montrent des femmes plutôt indépendantes, fortes et déterminées. J’adore prendre l’exemple de la Secrétaire Kim !

 

 

Elle est belle, sexy, vit seule, travaille dur. Elle n’est pas mariée, n’a aucune sécurité financière, et décide de démissionner.

Ah et pour une fois, les acteurs se roulent de vraies pelles, ils se contentent pas de coller leurs bouches sans bouger, avec un air ahuri.

 

 

Et c’est drôle parce que du coup, je réalise que les dramas avec Park Seo Joon (le best clairement) dépeignent toujours des femmes de caractère. SAUF dans Hwarang, avec la chialeuse en puissance Go Ara.

Alors attention, vous avez été très nombreux à m’écrire sur instagram pour me dire que vous comptiez regarder la série et que mon avis pouvait freiner : ne vous empêchez surtout pas de regarder la série et vous faire votre propre avis !

Offrez vous juste un angle de vue un peu différent, demandez-vous ce que vous feriez à la place de l’héroine (la bonne réponse : dégager le banquier, le bloquer, et se taper le pharmacien, arrêter de chialer au passage parce que la vie est belle on a pas de cancer ou autres vrais problèmes, et surtout, commencer à faire un peu de shopping au lieu de se sapper avec les rideaux de mamie).

 

On s’en parle ici ou sur insta ? Bisous et bonne série à tous

 

 

 

 

Exprime toi, je lis tout !

%d blogueurs aiment cette page :